Recherche

Actualité du 30 janvier 2004

Protéger vos agneaux

 

La coccidiose : comment la prévenir et la maîtriser
En elevage ovin, la coccidiose peut avoir des résultats conséquents sur la croissance des agneaux. Voici quelques conseils pour lutter contre cette maladie parasitaire qui, si elle s’installe, peut coûter cher à l’éleveur.

La Coccidiose concerne les agneaux et les agnelles de renouvellement. C’est une maladie parasitaire qui atteint principalement les agneaux entre 3 et 10 semaines. Elle est due à l’invasion de la muqueuse de l’intestin grêle par les coccidies. Deux espèces sont pathogènes : Eimeria ovinoïdalis et Eimeria parva.
Les conséquences d’une telle maladie sont un manque de croissance, une mauvaise valorisation de l’aliment et une mauvaise conformation bouchère. Les coccidies consomment de la vitamine B et cela peut donc entraîner des dégradations au niveau du cerveau. Dans certains cas, la coccidiose peut entraîner la mort de certains agneaux.

Les symptômes

Les agneaux sont mous, tristes, indolents, leur ventre se ballonne, leur laine est rêche et cassante, la diarrhée est nauséabonde, de couleur très foncée.

Périodes à risque et facteurs favorisant


Il y a un risque de coccidiose chez les agneaux un mois environ après l’agnelage.
• En agneau de bergerie : le risque de coccidiose existe pratiquement pendant toute la durée d’engraissement avec un risque maximal après le sevrage des agneaux. Les facteurs favorisant sont : une forte densité d’animaux (hygiène), le mélange d’agneaux âgés avec des plus jeunes, les changements de température…).
• En production d’agneaux d’herbe : les périodes à risque sont liées aux modifications des conditions de vie de l’agneau. (Le passage de la bergerie au pâturage, le sevrage, les changements brusques de température…)

Prévention

Une bonne prévention réduira les infestations !
• Faire la guerre à l’humidité (litière propre et sèche) (pas de fuites d’abreuvoirs !)
• Aération obligatoire pour limiter la condensation et l’humidité sur les agneaux
• Respecter une hygiène rigoureuse : auges et abreuvoirs non souillés par les excréments (épandage de superphosphates pour assécher la litière…)
• Allotement raisonné (éviter les mélanges d’agneaux jeunes non immunisés avec des agneaux sevrés en pleine phase d’excrétion de coccidies.
• Seule la chaleur détruit les coccidies : l’eau bouillante à haute pression est un moyen efficace (elle doit être effectuée avant la rentrée des agneaux en bâtiment après un curage en pulvérisant le sol, les murs jusqu’à environ 1 m de hauteur et les râteliers).

Traitement

Traiter tout le lot dans lequel vous avez repéré des animaux malades aux anti-coccidiens par voie orale et effectuer pendant quelques jours une cure de Vitamine B (si vous observez des problèmes cérébraux).
Attention, si vous ne traitez que les individus malades dans le lot, les autres animaux se recontamineront.
Utilisez un anti-coccidien ayant pour matière active le diclazuril
Administrer une dose de 4 mL pour 10kg de poids vif (10mL/25kg) par voie orale en une seule fois.
Coût par animal traité : environ de 0,56_ à 0,6_ pour un agneau de 25kg (selon la quantité de produit acheté).
• Délai d’attente pour la viande : nul
• Traitement nécessaire au moins une fois en cas d’apparition de la maladie.
• Effectuer un second traitement 1,5 mois après si nécessaire. Les coccidies peuvent être détectées par analyse coprologique.


Hebdomadaire d'informations générales agricoles de Franche-Comté 17, Quai Yves Barbier - BP 251 - 70005 Vesoul Cedex
Tél. 03 84 77 14 19 - Fax. 03 84 76 76 36 - Email : hsa@fdsea70.fr